Imprimer la page

Recommander cette page par mail

Taille par défaut du texte

Augmenter la taille du texte

Diminuer la taille du texte

Accueil

/// Editorial

Éditorial Septembre

Éditorial

Le 20 septembre dernier, a été inaugurée notre nouvelle mairie, dans l'ancien château Kléber restauré.

 

Une mairie, c'est d'abord le symbole de la République, dont la commune est le premier maillon. Un maillon essentiel, à la base de la cohésion sociale. Qu'elle soit installée dans l'ancien château seigneurial, et que le château Kléber doive son nom à l'un des héros de notre première République renforce encore le symbole.

 

Les noms que le Conseil municipal a choisis pour cette mairie sont également des symboles.

 

L'adresse, tout d'abord : place Charles de Gaulle, le fondateur de la Cinquième République, mais aussi et peut être surtout le nom de celui qui a su conserver à la France son honneur et qui lui a rendu son indépendance et sa grandeur.

 

L'entrée, ensuite : Jean Moulin, pour l'allée au long de laquelle est rappelé le souvenir des enfants de Grandvillars qui ont, au fil des siècles, fait le sacrifice de leur vie pour notre pays, pour nos libertés.

 

Puis la salle du Conseil, la salle d'honneur où ont désormais lieu les mariages : Denfert-Rochereau, symbole de résistance, symbole du Territoire de Belfort ; mais aussi symbole de celui qui, ayant sauvé l'honneur de la France, a sacrifié sa carrière à ses convictions, pour soutenir Gambetta et la République, mais aussi les combattants de la Commune, au nom de la fraternité.

 

Enfin, la médiathèque : Simone Veil, qui, après avoir vécu l'indicible et connu, dans les camps, le pire de ce qu'a pu faire l'espèce humaine, a mis sa vie au service de ses semblables, pour que l'égalité, troisième pilier de notre devise républicaine,
devienne une réalité, en rendant aux femmes les droits et libertés dont elles avaient été privés.

 

Cette nouvelle maison commune est, avant tout, la vôtre. Celle où vous viendrez pour les principaux moments de votre existence, mais aussi, au quotidien, pour vos démarches administratives, pour le périscolaire, pour profiter des collections de la
médiathèque et de notre nouvelle ludothèque.

 

Depuis des années, de façon générale, les services publics s'étiolent, voire disparaissent. On mesure aujourd'hui, dans bien des domaines, les conséquences de ces choix, qui pèsent avant tout sur les plus faibles et sur les classes moyennes. A Grandvillars, nous avons fait le choix inverse. Ce choix, nous avons pu le faire parce que les actions que nous menons par ailleurs, en particulier dans le domaine économique, à la Pellerie, aux Forges, aux Sillons, ont augmenté notre richesse et nos ressources collectives. C'est notre développement qui permet ce choix, ce n'est pas une dette, mais un patrimoine que nous laisserons à nos enfants.

 

Christian RAYOT
Maire de Grandvillars
Conseiller départemental du canton de Grandvillars